Le « no limit  » du Verseau..

Depuis le 20 janvier, nous sommes astrologiquement dans le signe du Verseau.

Relisons la savoureuse description de ce signe évoquée par Frédérique Lenoir dans »l’oracle de la Luna », de la bouche de Maître Lucius :

« Le signe du Verseau..symbolise la nature, l’assimilation de la graine nouvellement semée qui s’intègre à la terre. Comme l’esprit féconde la matière, le Verseau n’est pas un animal, mais un ange, figure de l’intelligence, de la victoire de l’esprit sur l’opacité de la matière. Le natif du Verseau est un intellectuel capable de détachement des choses sensibles, un libre penseur qui n’agit que selon sa conscience, un éveilleur qui entend faire germer dans les entrailles de la terre des idées nouvelles susceptibles de la transformer ».

Ce signe d’air est gouverné à la fois par Saturne et par Uranus.

Dans l’organisation de la personnalité du verseau, Saturne marque les limites au delà  desquelles on ne peut  pas aller, et des choses qui ne seront jamais parfaites, définissant ainsi la structure de l’égo. Et Uranus va défier cette emprise saturnienne, la remettre en cause, la transgresser, refuser les limites… Cette ambivalence fait que le Verseau va sans cesse élaborer de nouvelles énergies, de nouveaux buts créateurs, pour  se dégager de l’indifférencié et s’individualiser. Il aime se démarquer, bousculer la routine et les idées sommeillantes, c’est un original qui peut aller jusqu’à l’excentricité !

Il est peu sensible, ne laisse pas facilement paraître ses sentiments, bouscule les idées, s’attache plus à l’avenir qu’au passé !

Sa sensibilité retenue  lui donne malgré tout une belle sérénité, et pour lui l’amitié n’a pas de prix ! Il est sincère, généreux, humain, et dans le rôle de conseiller, il sait éclairer, aviser, consoler,  ce qui fait de lui un passeur de connaissance.

Hélas, ses élans généreux l’entraînent souvent vers des déceptions, car il a une fâcheuse tendance à trouver que « tout le monde il est beau, tous le monde il est gentil « …. Et cet ange déchiré de ne pouvoir accéder à son idéal, fait qu’il tombe souvent de haut !!! Son défaut majeur étant de ne pas pouvoir dire non et de céder trop facilement.

Mais, devant l’échec il recommence, et,  tel Promethée, il renaît encore et toujours…… sans fin !

« Je suis né du ciel et de la terre, mais j’appartiens au ciel » Mozart. 

Ecole d’astrologie d’ENGHIEN

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *